• Une femme à Berlin. Journal du 20 avril au 22 juin 1945.

    C'est un texte anonyme. Le journal intime d'une femme dans le Berlin en ruine de mai 1945, libéré par les soldats Russes.

    C'est un témoignage sur le sort des femmes victimes de guerre, victime des hommes en guerre. Interprété par Isabelle Carré, quasiment en monologue, ce texte est impressionnant par ce qu'il dégage de distance, de résignation face à ce que cette femme doit suporter.

    Mais ce qui est le plus frappant, c'est la normalité avec laquelle toute une petite organisation sociale se met en place autour du viol de cette femme. 

    Objet de tous les soldats, elle devient objet du plus puissant d'entre eux, lequel lui offre en échange la nourriture qui fait tellement défaut. Tous les occupants de l'appartement vivent de ces "cadeaux", comme si cela allait de soi que son corps serve à ça.

    Puis lorsque les cadeaux n'arrivent plus, elle est priée d'aller voir ailleurs. Elle ne sert plus à rien, elle dérange même. C'est terrifiant. Et c'est à la fois très actuel sur le sort des femmes victimes de viol aujourd'hui.

    Le spectacle mis en scène par Tatiana Vialle et interprété par Isabelle Carré ne tourne peut-être plus mais on peut toujours lire le livre. C'est en poche chez Gallimard (Folio).


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :